Fiche pratique énergies propres : l'électrique

 

Adopter un véhicule électrique c’est adopter aussi, de nouvelles habitudes d’usage. Retour sur les avantages et les inconvénients de ce dispositif à côté duquel il est impossible de passer à ce jour…

 

Ses avantages

  • Une consommation réellement économique : rouler 100 km à l’électrique coûte en moyenne 2 euros (sur borne domestique) contre 8,50 pour un moteur diesel et 11,50 pour un véhicule essence classique
  • Un confort d’usage : 0 bruit et des performances non négligeables
  • Des coûts d’entretien réduits puisque les pièces d’usure à changer régulièrement sont limitées et disposent d’une fiabilité globale incomparable par rapport aux modèles thermiques
  • Un impact environnemental meilleur que celui des moteurs thermiques (aucune émission de polluants chimiques et aucun rejet de CO2)
  • Une des seules énergies “propres” à profiter du bonus écologique de l’État, d’aucune restriction de circulation dans les centre-villes (où des places de stationnement sont même dédiées) et plébiscitée pour les voitures de “partage” proposée par les collectivités
  • Une offre de plus en plus riche de la part des constructeurs.

Ses inconvénients

  • Le coût à l’achat : même si ce type de véhicule bénéficie de primes de l’État, dernièrement relancées suite à la crise du COVID-19, l’écart de prix avec un véhicule thermique reste encore conséquent ; sans compter le coût d’installation d’une borne domestique ou de charge rapide pour les entreprises (compter pas moins de 12 000 € d’investissement) ; ainsi que les prix dissuasifs pratiqués par certains opérateurs de bornes de recharge auprès desquels rouler à l’électrique reviendrait plus cher qu’avec un moteur thermique
  • Un réseau de bornes de recharge perfectible
  • Une autonomie encore faible même si désormais certains constructeurs annoncent des chiffres pouvant aller jusqu’à 300 km et un temps de charge pouvant aller de plusieurs dizaines de minutes pour une recharge rapide, à plus d’une heure sur des bornes accélérées et jusqu’à parfois plus de 10 heures sur une prise domestique
  • Le silence du véhicule peut aussi être dangereux comme par exemple sur un parking ou une zone à faible vitesse
  • La voiture électrique émet (et oui) des particules. En effet, il semblerait que le surpoids causé par la batterie de traction lance dans l’atmosphère plus de particules fines provenant de l’abrasion des pneus, du revêtement des sols et des garnitures des freins, qu’un équivalent diesel très récent, même en comprenant ses rejets à l’échappement. De plus, la production des véhicules électrique est l’une des plus polluante si l’on considère l’ensemble de la chaîne de production : de sa naissance à son recyclage final.

« Il faut avouer que le véhicule électrique est malgré tout récent et ne bénéficie pas du même capital expérience que les moteurs thermiques. Cependant, la démocratisation de l’électrique et son adoption par de plus en plus de constructeurs en font une réelle technologie d’avenir d’autant que l’État mène actuellement une politique incitatrice en ce sens. Et puis pour des déplacements courts, en ville, l’électrique est une alternative probante.

 

Avec un véhicule électrique, vos visites chez votre réparateur multi-marques seront limitées… Pensez tout de même à choisir un partenaire de confiance, expérimenté dans l’entretien et la réparation de ce type de véhicule ! »