Fiche pratique énergies propres : l'hybride

 

Ultime volet de notre comparatif autour des énergies alternatives avec un focus sur les motorisations hybrides. Tous ses avantages mais aussi ses inconvénients dans cette fiche pratique.

 

La voiture hybride est l’une des plus populaires. Son fonctionnement ? Deux moteurs : le moteur essence entraîne les roues, épaulé par un moteur électrique qui permet de déplacer le véhicule à basse vitesse et d’assister les accélérations à vitesse plus élevée. Dans le détail, l’hybride se découpe en 3 catégories : 

  • le micro-hybride : le moteur électrique n’est sollicité que pour le démarrage et en accélération ; le reste du temps, c’est le moteur thermique qui fonctionne !
  • le full-hybride : les déplacements se font en 100% électriques, la batterie se rechargeant en roulant
  • le plug-in hybride : le mix hybride-thermique. Le véhicule peut s’appuyer sur une autonomie de 30 à 60 km en tout électrique grâce à son système de recharge.

Ses avantages

  • Un coût d’achat abordable : les voitures hybrides classiques sont les plus accessibles des véhicules « propres ». Le surcoût par rapport à un modèle non-hybride est d’environ 5 000 € d’autant qu’à compter du 01 juin, les primes de l’État sont de retour pour ce type de véhicules !
  • Une consommation de carburant réduite : environ 5 litres aux 100 km pour un véhicule hybride contre 6,5 litres aux 100 pour un non-hybride en cycle mixte et ce grâce à l’utilisation de l’énergie cinétique des freinages et des décélérations, habituellement gaspillée dans les véhicules 100% thermiques
  • Un confort de conduite : en ville à basse vitesse, les véhicules hybrides sont silencieux et profitent d’une fluidité de propulsion ainsi que d’une facilité de manoeuvres
  • Une recharge autonome : un véhicule hybride s’auto-alimente ; pas nécessaire donc de devoir recharger la batterie électrique sur une prise !

Ses inconvénients

  • Un surcoût à l’achat : le prix d’un véhicule hybride reste malgré tout toujours plus élevé qu’un un modèle 100% thermique (surcoût d’environ 5000€)
  • Une faible capacité de la batterie et donc d’autonomie
  • Pour un grand nombre de véhicules (micro et plug-in), une utilisation exclusive de l’essence comme énergie primaire. ll est impossible de choisir l’origine de l’électricité consommée à bord. De plus, sur autoroutes et à vitesse élevée, le moteur électrique n’est pas opérant et constitue un surpoids qui entraîne une légère surconsommation. Ce dernier prend également une place non-négligeable dans la zone de chargement.

« L'hybride est actuellement la technologie la plus plébiscitée par les constructeurs qui peuvent ainsi conserver leur savoir-faire et leur expérience sur les moteurs thermiques, tout en étant exempté (du moins leurs clients), de malus pouvant aller jusqu’au tiers du prix initial du véhicule. En effet, ces malus (ancienne comme nouvelle génération de ce début d’année) liés à la puissance fiscale disparaissent puisque le véhicule voit son impact environnemental diminué… Il y a donc fort à penser que l’hybride est réellement l’avenir de l’automobile… La technologie hybride se développe même aujourd’hui, sur les voitures sportive les plus prestigieuses !

 

L’entretien de véhicules hybrides nécessite donc des compétences doubles, que tout un chacun n’est donc pas apte à réaliser. Soyez donc vigilants au choix de votre réparateur… Et si vous hésitez encore, vous pouvez compter sur l’expérience d’Eybens Sport Auto, l’un des premiers établissements à avoir proposé l’entretien de véhicules à énergies alternatives. »